Oxygene Aquitaine accuse le rectorat de Bordeaux

Quand une institution sait pertinemment que le corona n’est pas une maladie pédiatrique, puisque depuis 1 an ni les enseignants ni les parents ne sont malades ou morts, et que toutes les études le prouvent, et que pourtant elle brandit le Protocole comme un texte sacré …

Quand une institution , telle un fossile, est immuable sur le Protocole qui s’avère maltraitant et dangereux pour la santé physique et psychologique des enfants, et ce sans aucune volonté de protéger des personnes sans défense.

Quand nous lisons les témoignages recueillis dans nos écoles de parents effondrés, d’enfants démunis face à des punitions pour avoir voulu respirer, câliner … Comment croire en la valeur morale de cette institution ? Qui punit un enfant désarmé qui a voulu respirer ? Quel sens a la punition pour avoir satisfait un besoin vital au nom de cette nouvelle religion ?

Lundi 31 mai 2021, un courrier en recommandé est parti en direction du rectorat de Bordeaux, faisant état de nos exigences sur l’arrêt immédiat de tout ce que subissent nos enfants.

 

“Ma fille nous a très vite expliqué se sentir mal avec le masque (dès les premiers jours du mois de novembre) : maux de ventre et de tête.
Un jour, en classe, elle a eu un malaise avec de fortes nausées, mais
n’a rien osé demander à sa maîtresse (puisque cette dernière
interdisait formellement aux enfants de mettre le masque sous le
menton sous peine de retrait de bons points). Quand elle m’en a parlé,
j’ai immédiatement écrit à la maîtresse pour demander à ce que ma
fille puisse sortir quelques minutes dans le couloir ou dehors pour
retrouver sa respiration, boire et de fait pouvoir retourner en classe
exercer de nouveau son métier d’élève. La maîtresse
m’a confirmé, de nouveau, l’interdiction formelle de retirer le masque. Notre médecin a refusé de nous faire un certificat médical en disant que
la maîtresse devait autoriser cela. Par oral, j’ai essayé de faire entendre raison à la maîtresse. En vain. Cela s’est très mal passé et j’ai dû faire
intervenir la directrice pour avoir gain de cause. Cette dernière
était choquée du refus de la maîtresse. A l’heure d’aujourd’hui, ma
fille n’a pas eu de nouvelles nausées et je pense qu’elle a peur de
demander, mais je lui renouvelle mon soutien si elle se sent mal.”

 

« Ma fille en classe de CM1 est obligée de retirer ses lunettes car elle ne voit rien à cause de la buée »
« Mon enfant avait de la morve dans son masque »
« Mon fils se plaint de problèmes de concentration et de maux de tête »
« J’ai toujours peur de me faire rouspéter à cause du masque »
« J’ai du mal à comprendre ce que dit la maîtresse et à me concentrer »
« Quand les enfants rentrent à la maison ils sont plus excités »
« Mon enfant en CP pleure et fait des cauchemars »
« Les enfants rentrent avec les masques sales et mouillés »
« La situation est insupportable, on nous fait croire que l’on est seul »
« Mon petit garçon zozote depuis le port du masque »
« Mon petit garçon en CE1 ne supporte plus le lavage des mains, elles sont rouges et gonflées »
« Mon enfants est de 8h à 18h30 entre l’école et le périscolaire, il passe 10h par jour avec le masque »
« Mon enfant sensible et timide à déjà développé deux herpès depuis le port du masque. Elle a moins de motivation à aller à l’école bien qu’elle apprécie sa maîtresse et ses amies »

 

” Mon fils de 3 ans a les mains complètement brûlées, le médecin dit que la première chose à faire est d’arrêter de lui laver les mains ! ” (nombreux témoignages de problèmes dermatologiques très importants)
 
“Mes enfants de 6 et 11 ans sont évidemment impactés. D’ailleurs j’ai une question: est-ce que vos démarches se cantonnent uniquement à l’école primaire ?
Car au collège le problème est le même. Certes les enfants sont plus grands, mais les nouveaux 6ièmes, entre autres, ont déjà subi un changement considérable dû au passage au collège, on leur rajoute en plus ce port du masque depuis LE PREMIER JOUR DE LA RENTREE ! Ils n’ont jamais vu le visage de leurs professeurs !!! J’ai même assisté à des séances de sport en extérieur (athlétisme) où les élèves portaient le masque en courant ! Je suis outré. J’ai envie de sortir mes enfants de ce système abusif. De nombreux experts s’accordent à dire que la dureté des mesures n’est pas en adéquation avec les risques. Il faut se faire entendre, car j’ai l’impression qu’on ne parle pas assez du “problème dans les écoles”.”
 

 

Dernièrement j’ai appelé la maîtresse pour lui demander des explications concernant un discours qu’elle avait fait aux enfants au retour du dernier confinement qui était que les enfants seraient puni si ils portaient mal le masque… 
La maîtresse leur propose d’aller à la fenêtre si ils ont besoin… Heureusement Je sais que dans des écoles c’est pir… 
A la cantine mon fils me raconte qu’ils se font crier dessus si ils ne mangent pas rapidement et qu’ils n’ont pas le droit de discuter… 
En classe mon fils ne porte pas ses lunettes à cause de la buèe. Avec la chaleur qui arrive j’ai vraiment peur des conséquences physiques… Mon fils ne supportant pas la chaleur… Un masque ds une classe ou il fera vite 30degres me parait être une véritable torture… 

Cet article a 10 commentaires

  1. Begué-Simon

    Essentiel de résister, de ne pas oublier les enseignements des procès de Nuremberg, le convention européenne des droits de l’enfant,les statistiques fournies par les docteurs Gerard et Nicole Delepine sur la réalité de la morbidité et de la mortalité liée au Covid 19. NOUS DEVONS REFUSER CETTE DICTATURE SANITAIRE et nous relier aux collectifs de résistance ( reinfo covid notamment) Anne-marie, membre ANTICOR et LDH santé bioethique,ancien expert près des Tribunaux et ancien homéopathe

  2. Bravo pour cette belle mobilisation et pour la bien traitante de jeunes générations
    Nous sommes plusieurs collectifs dans l’Ain et nous aussi nous venons de créer une association
    Nous allons mener le même type de action et pourrait être intéressant de se synchroniser dans nos actions communes pour tenter de faire réagir cette machine qui est l’éducation nationale bravo à vous l Aquitaine nous vous soutenons

  3. Leonotis

    Il faut porter plainte au plus haut niveau possible c’est à dire au niveau européen. S’il reste un espoir.

    En Allemagne non seulement la situation est identique mais s’aggravera à la rentrée de septembre puisqu’il est question d’imposer le vaccin comme condition d’aller à l’école. Si l’Allemagne le fait la France le fera.
    Des rumeurs montent même que les parents récalcitrants  seraient déchus de leurs droits à garder leurs enfants.

    Tout cela va à l’encontre des Droits supérieurs de l’Enfant.

  4. furnier

    On sort les enfants tout comme on sort nos anciens des ephad…nous sommes face à l’application d’un calendrier transhumaniste auxquels participent les corps intermédiaires dont les enseignants en majorité….La résistance s’impose par ts les moyens…porter plainte contre ces gens est excellent! Il faut les demasquer et les mettre en lumière!! Il y a eu plusieurs actions en ce sens des le 1 confinement…un doute pouvait exister quand à nos chers enseignants…il n’y aplus de doute possible aujourd’hui et il n’ y aura pas de pardon!! un petit patron pere de famille et Gilet jaune

  5. Wendy

    Avant de retirer les enfants de l’école, je pense que nous devons mettre l’Institution devant ses responsabilités. Bravo de l’interpeller ainsi car il est inconcevable de laisser perdurer de telles situations à l’école, quelle honte!
    On ne lâchera pas !!

  6. Bost

    QU” ATTENDEZ VOUS TOUS POUR SORTIR VOS ENFANTS DE CET ENFER ??? VOUS AVEZ LE DEVOIR DE LES PROTÉGER !! CE SONT VOS ENFANTS NE LES ABANDONNEZ A CETTE DICTATURE HYGIÉNISTE !!

    1. Faurie

      Il faut les mettre devant leurs responsabilités et les accuser en portant plainte

  7. Emilie

    Protégeons les enfants, notre avenir, contre ces mesures allant à l’encontre de la vie et du bon sens. “Sur mes cahiers d’écolier, j’écris ton nom Liberté”, mais aussi Santé et Bientraitance…

Laisser un commentaire